Guillaume Apollinaire image

braniac amor image

Guillaume Apollinaire - The Darling Redhead


La Jolie Rousse


Here I am before you all a sensible man
Who knows life and what a living man can know of death
Having experienced love's sorrows and joys
Having sometimes known how to impose my ideas
Adept at several languages
Having traveled quite a bit
Having seen war in the Artillery and the Infantry
Wounded in the head trepanned under chloroform
Having lost my best friends in the frightful conflict
I know of old and new as much as one man can know of the two
And without worrying today about that war
Between us and for us my friends
I am here to judge the long debate between tradition and invention
Between Order and Adventure

You whose mouth is made in the image of God's
Mouth that is order itself
Be indulgent when you compare us
To those who were the perfection of order
We who look for adventure everywhere

We're not your enemies
We want to give you vast and strange domains
Where mystery in flower spreads out for those who would pluck it
There you may find new fires colors you have never seen before
A thousand imponderable phantasms
Still awaiting reality
We want to explore kindness enormous country where all is still
There is also time which can be banished or recalled
Pity us who fight always at the boundaries
Of infinity and the future
Pity our errors pity our sins
Here now comes summer the violent season
And my youth is dead like the springtime
Oh Sun it's the time of ardent Reason
And I expect
To follow ever the sweet and noble form
That she assumes so I will love her only
She draws near and lures me as a magnet does iron
She has the charming aspect
Of a darling redhead

Her hair is golden you'd say
A lovely flash of lightning that endures
Or the flame that glows
In fading tea roses

But laugh laugh at me
Men from everywhere especially men from here
For there are so many things I dare not tell you
So many things you would never let me say
Have pity on me

La Jolie Rousse



devant tous un homme plein de sens
Connaissant la vie et de la mort ce qu'un vivant peut connaître
Ayant éprouvé les douleurs et les joies de l'amour
Ayant su quelquefois imposer ses idées
Connaissant plusieurs langages
Ayant pas mal voyagé
Ayant vu la guerre dans l'Artillerie et l'Infanterie
Blessé à la tête trépané sous le chloroforme
Ayant perdu ses meilleurs amis dans l'effroyable lutte
Je sais d'ancien et de nouveau autant qu'un homme seul
pourrait des deux savoir
Et sans m'inquiéter aujourd'hui de cette guerre
Entre nous et pour nous mes amis
Je juge cette longue querelle de la tradition et de l'invention
De l'Ordre de l'Aventure
Vous dont la bouche est faite à l'image de celle de Dieu
Bouche qui est l'ordre même
Soyez indulgents quand vous nous comparez
A ceux qui furent la perfection de l'ordre
Nous qui quêtons partout l'aventure
Nous ne sommes pas vos ennemis
Nous voulons nous donner de vastes et d'étranges domaines
Où le mystère en fleurs s'offre à qui veut le cueillir
Il y a là des feux nouveaux des couleurs jamais vues
Mille phantasmes impondérables
Auxquels il faut donner de la réalité

Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait
Il y a aussi le temps qu'on peut chasser ou faire revenir
Pitié pour nous qui combattons toujours aux frontières
De l'illimité et de l'avenir
Pitié pour nos erreurs pitié pour nos péchés
Voici que vient l'été la saison violente
Et ma jeunesse est morte ainsi que le printemps
O Soleil c'est le temps de la raison ardente
Et j'attends
Pour la suivre toujours la forme noble et douce
Qu'elle prend afin que je l'aime seulement
Elle vient et m'attire ainsi qu'un fer l'aimant
Elle a l'aspect charmant
D'une adorable rousse
Ses cheveux sont d'or on dirait
Un bel éclair qui durerait
Ou ces flammes qui se pavanent
Dans les roses-thé qui se fanent
Mais riez de moi
Hommes de partout surtout gens d'ici
Car il y a tant de choses que je n'ose vous dire
Tant de choses que vous ne me laisseriez pas dire
Ayez pitié de moi

Zone


Zone


After all you are weary of this oldtime world

Shepherdess O Eiffel tower whose flock of bridges is bleating morning

You have had enough of this living in a Greek and Roman antiquity

Here even automobiles contrive an ancient aspect
Only religion is still new only religion
Has stayed simple like the Airport hangars

In all Europe you alone are not antique O Christianity
The most up-to-date European is you Pope Pius X
And you whom windows stare at shame keeps you back
From going into some church and confessing your sins this morning
You read the prospectuses the catalogues the public notices that sing out
Here's the morning's poetry and for prose we have newspapers
We've two-bit volumes full of crime adventure
Portraits of the great and a thousand miscellaneous items

This morning I saw a neat street I've forgotten its name
All new and clean a bugle in the sun
Bosses workmen and pretty stenographers
From Monday morning to Saturday night pass along it four times a day
Three times each morning the siren moans there
A furious whistle bays along about noon
The slogans the signboards the walls
The plaques the parroty notices nagging
I like the charm of this industrial street
Located in Paris between the Rue Aumont-Thiéville and the Avenue des Ternes
Here's your young street and you're only a little child still
Your mother dresses you only in white and blue
You're a religious boy and along with your oldest pal René Dalize
You like nothing better than Church ceremonies
It's nine o'clock the gas is all bluey turned down you sneak out of the dorm
You pray all night long in the school chapel
While the eternal adorable depth of amethyst
Revolves forever the flamboyant glory of Christ
This is the fair lily that all of us tend
The torch with red hair unquenched by the wind
The pale flushed son of the mother grieving
The tree leafy-thick all over with prayers
The double potency of honor and forever
The six branched star
God who dies Friday and rises on Sunday
Christ who climbs the sky better than any aviator
He holds the world record for altitude
Pupil Christ of the eye
Twentieth pupil of the centuries he knows his job
And changes into a bird this century goes up into the air like Jesus
The devils in their abysses lift up their heads to watch
They call it an imitation of Simon Magus in Judaea
They exclaim if this is flying let's call him fly-by-night
The angels flash around the pretty tightroper
Icarus Enoch Elijah Apollonius of Tyana
Bob about this first airplane
From time to time they step aside for persons transported by the Sacrament
Those priests ascending eternally at the Elevation of the Host
The plane lands at last with wings outspread
Then the skies are jammed with swallows by the millions
On swooping wings the ravens come the falcons the owls
Ibises from Africa and flamingos and marabouts
The Roc bird celebrated by storytellers and poets
Glides with the skull of Adam the first head in its claws
The eagle plummets from the horizon with a great cry
And from America comes the small colibri
From China the supple long pihis
Who have only one wing and who fly in pairs
And here is the dove immaculate spirit
Escorted by the lyre-bird and the eyey peacock
The phoenix that self-engendering stake
Hides everything for a moment with his burning ashes
Arrive all three of them singing at the top of their voices
Eagle phoenix Chinese pihis all combine
To fraternize with the flying machine.

You are walking in Paris now all alone in a crowd
Herds of mooing busses pass by as you go
Love's anguish grabs you by the gullet
As if you'd never be loved again
If you lived in the old days you'd enter a monastery
You're ashamed of yourself when you catch yourself praying
You sneer at yourself friend your lagh snaps like hell-fire
The sparks of that laugh gild your life's cash reserves
It's a picture hung up in a dusky museumj
And every once in a while you get up close to examine it

Today you're taking a walk in Paris the women are bloodied
This was and I did not want to remember it this was in the ebb of beauty

Immured in her ancient flames Notre-Dame has seen me at Chartres
The blood of your Sacré-Coeur has engulfed me at Montmartre
I am sick of listening to blessed discourse
The love that I suffer is a shameful disease
And the image that owns you keeps you alive in sleeplessness and in agony
It is always near you that transient image

Now you are by the Mediterranean
Under the lemon trees flowering all year long
You go for a sail with some friends of yours
One's from Nice one's from Menton there are two from Turbes
We are alarmed by the sight of the cuttlefish far down
And through the seaweed fish swim in the Savior's image

You are in a tavern garden somewhere outside Prague
You are so happy there's a rose on the table
And instead of composing your prose fable
You note the worm asleep in the heart of the rose

In terror you see yourself limned in the agates of Saint Vit
You were deathly sorry the day you saw yourself there
You look like Lazarus struck silly by the daylight
The hands on the ghetto clock move backwards
You too reverse slowly into your life
And going up to Hradchin hearing at nightfall
The tavern songs of the singing Czechs
You're back at Marseille along the watermelons
Back in Coblenz at the Hotel du Géant
You're in Rome sitting under a Japanese medlar

You're in Amsterdam with a girl you think's pretty but she's a fright
She's going to marry a Leyden undergraduate
They rent rooms in Latin there Cubicula locanda
I remember it well I spent three days there and also at Gouda

You're in Paris before the examining magistrate
Like a common criminal you are placed in custody
You have made your happy and dolorous journeys
Before taking account of falsehood and age
At twenty and thirty you have suffered from love
I have lived like a madman and I've lost my time
You no longer dare look at your hands and all the time I could burst out sobbing
Because of you because of her I love because of everything that has frightened you

Eyes full of tears you watch these poor emigrants
They trust in God they pray the women suckle their babies
Their odor fills the concourse of the Saint-Lazare Station
They believe in their star like the Three Wise Men
They look forward to getting rich in the Argentine
And coming back home after their fortune's made
One family transports its red eiderdown just as you transport your heart
That quilt and our dreams are equally unreal
Certain of these emigrants stay here and take lodgings
In the Rue des Rosiers or the Rue des Ecouffes in flopperies
I've often seen them taking the air evenings in the street
They are like chessmen they seldom leave their squares
There are Jews above all their women wear wigs
Drained of blood they sit far back in their shops

You stand before the counter in a rotgut bar
With a five-cent coffee among the down-and-out

You are night in a fine restaurant

These women are not evil they have their troubles nevertheless
All of them have made some lover unhappy even the ugliest
She's the daughter of a Jersey policeman

Her hands I had not seen them are hard and chapped
I've an enourmous pity for the stitched scars on her belly

To a poor girl with a horrible laugh I humble my mouth now

You are alone morning is coming
The milkmen are clanking their tin cans in the streets

Night takes flight like a fair Médive
It's a faithless Ferdine or a faithful Leah

You drink an alcohol that burns like your life
Your life that you drink down like brandy

You walk toward Auteuil and you would go home on foot
To sleep among fetishes from Oceania and Guinea
They are Christs in another form Christs of another faith
They are the lesser Christs of obscure yearnings

Good-bye Good-gye

Sun cut throat

Zone




À la fin tu es las de ce monde ancien
 
Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin
 
Tu en as assez de vivre dans l'antiquité grecque et romaine
 
Ici même les automobiles ont l'air d'être anciennes
La religion seule est restée toute neuve la religion
Est restée simple comme les hangars de Port-Aviation
 
Seul en Europe tu n'es pas antique ô Christianisme
L'Européen le plus moderne c'est vous Pape Pie X
Et toi que les fenêtres observent la honte te retient
D'entrer dans une église et de t'y confesser ce matin
Tu lis les prospectus les catalogues les affiches qui chantent tout haut
Voilà la poésie ce matin et pour la prose il y a les journaux
Il y a les livraisons à 25 centimes pleines d'aventures policières
Portraits des grands hommes et mille titres divers
 
J'ai vu ce matin une rue dont j'ai oublié le nom
Neuve et propre du soleil elle était le clairon
Les directeurs les ouvriers et les belles sténodactylographes
Du lundi matin au samedi soir quatre fois par jour y passent
Le matin par trois fois la sirène y gémit
Une cloche rageuse y aboie vers midi
Les inscriptions des enseignes et des murailles
Les plaques les avis à la façon des perroquets criaillent
J'aime la grâce de cette rue industrielle
Située à Paris entre la rue Aumont-Thiéville et l'avenue des Ternes
 
Voilà la jeune rue et tu n'es encore qu'un petit enfant
Ta mère ne t'habille que de bleu et de blanc
Tu es très pieux et avec le plus ancien de tes camarades René Dalize
Vous n'aimez rien tant que les pompes de l'Église
Il est neuf heures le gaz est baissé tout bleu vous sortez du dortoir en cachette
Vous priez toute la nuit dans la chapelle du collège
Tandis qu'éternelle et adorable profondeur améthyste
Tourne à jamais la flamboyante gloire du Christ
C'est le beau lys que tous nous cultivons
C'est la torche aux cheveux roux que n'éteint pas le vent
C'est le fils pâle et vermeil de la douloureuse mère
C'est l'arbre toujours touffu de toutes les prières
C'est la double potence de l'honneur et de l'éternité
C'est l'étoile à six branches
C'est Dieu qui meurt le vendredi et ressuscite le dimanche
C'est le Christ qui monte au ciel mieux que les aviateurs
Il détient le record du monde pour la hauteur
 
Pupille Christ de l'oeil
Vingtième pupille des siècles il sait y faire
Et changé en oiseau ce siècle comme Jésus monte dans l'air
Les diables dans les abîmes lèvent la tête pour le regarder
Ils disent qu'il imite Simon Mage en Judée
Ils crient s'il sait voler qu'on l'appelle voleur
Les anges voltigent autour du joli voltigeur
Icare Énoch Élie Apollonius de Thyane
Flottent autour du premier aéroplane
Ils s'écartent parfois pour laisser passer ceux qui portent la Sainte-Eucharistie
Ces prêtres qui montent éternellement en élevant l'hostie
L'avion se pose enfin sans refermer les ailes
Le ciel s'emplit alors de millions d'hirondelles
À tire d'aile viennent les corbeaux les faucons les hiboux
D'Afrique arrivent les ibis les flamands les marabouts
L'oiseau Roc célébré par les conteurs et les poètes
Plane tenant dans les serres le crâne d'Adam la première tête
L'aigle fond de l'horizon en poussant un grand cri
Et d'Amérique vient le petit colibri
De Chine sont venus les pihis longs et souples
Qui n'ont qu'une seule aile et volent par couples
Puis voici la colombe esprit immaculé
Qu'escortent l'oiseau-lyre et le paon ocellé
Le phénix ce bûcher qui soi-même s'engendre
Un instant voile tout de son ardente cendre
Les sirènes laissant les périlleux détroits
Arrivent en chantant bellement toutes trois
Et tous aigle phénix et pihis de la Chine
Fraternisent avec la volante machine
 
Maintenant tu marches dans Paris tout seul parmi la foule
Des troupeaux d'autobus mugissants près de toi roulent
L'angoisse de l'amour te serre le gosier
Comme si tu ne devais jamais plus être aimé
Si tu vivais dans l'ancien temps tu entrerais dans un monastère
Vous avez honte quand vous vous surprenez à dire une prière
Tu te moques de toi et comme le feu de l'Enfer ton rire pétille
Les étincelles de ton rire dorent le fond de ta vie
C'est un tableau pendu dans un sombre musée
Et quelquefois tu vas le regarder de près
 
Aujourd'hui tu marches dans Paris les femmes sont ensanglantées
C'était et je voudrais ne pas m'en souvenir c'était au déclin de la beauté
 
Entourée de flammes ferventes Notre-Dame m'a regardé à Chartres
Le sang de votre Sacré-Coeur m'a inondé à Montmartre
Je suis malade d'ouïr les paroles bienheureuses
L'amour dont je souffre est une maladie honteuse
Et l'image qui te possède te fait survivre dans l'insomnie et dans l'angoisse
C'est toujours près de toi cette image qui passe
 
Maintenant tu es au bord de la Méditerranée
Sous les citronniers qui sont en fleur toute l'année
Avec tes amis tu te promènes en barque
L'un est Nissard il y a un Mentonasque et deux Turbiasques
Nous regardons avec effroi les poulpes des profondeurs
Et parmi les algues nagent les poissons images du Sauveur
 
Tu es dans le jardin d'une auberge aux environs de Prague
Tu te sens tout heureux une rose est sur la table
Et tu observes au lieu d'écrire ton conte en prose
La cétoine qui dort dans le coeur de la rose
Épouvanté tu te vois dessiné dans les agates de Saint-Vit
Tu étais triste à mourir le jour où tu t'y vis
Tu ressembles au Lazare affolé par le jour
Les aiguilles de l'horloge du quartier juif vont à rebours
Et tu recules aussi dans ta vie lentement
En montant au Hradchin et le soir en écoutant
Dans les tavernes chanter des chansons tchèques
 
Te voici à Marseille au milieu des pastèques
 
Te voici à Coblence à l'hôtel du Géant
 
Te voici à Rome assis sous un néflier du Japon
 
Te voici à Amsterdam avec une jeune fille que tu trouves belle et qui est laide
Elle doit se marier avec un étudiant de Leyde
On y loue des chambres en latin Cubicula locanda
Je me souviens j'y ai passé trois jours et autant à Gouda
 
Tu es à Paris chez le juge d'instruction
Comme un criminel on te met en état d'arrestation
 
Tu as fait de douloureux et de joyeux voyages
Avant de t'apercevoir du mensonge et de l'âge
Tu as souffert de l'amour à vingt et à trente ans
J'ai vécu comme un fou et j'ai perdu mon temps
 
Tu n'oses plus regarder tes mains et à tous moments je voudrais sangloter
Sur toi sur celle que j'aime sur tout ce qui t'a épouvanté
 
Tu regardes les yeux pleins de larmes ces pauvres émigrants
Ils croient en Dieu ils prient les femmes allaitent les enfants
Ils emplissent de leur odeur le hall de la gare Saint-Lazare
Ils ont foi dans leur étoile comme les rois-mages
Ils espèrent gagner de l'argent dans l'Argentine
Et revenir dans leur pays après avoir fait fortune
Une famille transporte un édredon rouge comme vous transportez votre coeur
Cet édredon et nos rêves sont aussi irréels
Quelques-uns de ces émigrants restent ici et se logent
Rue des Rosiers ou rue des Écouffes dans des bouges
Je les ai vu souvent le soir ils prennent l'air dans la rue
Et se déplacent rarement comme les pièces aux échecs
Il y a surtout des juifs leurs femmes portent perruque
Elles restent assises exsangues au fond des boutiques
 
Tu es debout devant le zinc d'un bar crapuleux
Tu prends un café à deux sous parmi les malheureux
 
Tu es la nuit dans un grand restaurant
 
Ces femmes ne sont pas méchantes elles ont des soucis cependant
Toutes même la plus laide a fait souffrir son amant
 
Elle est la fille d'un sergent de ville de Jersey
 
Ses mains que je n'avais pas vues sont dures et gercées
 
J'ai une pitié immense pour les coutures de son ventre
 
J'humilie maintenant à une pauvre fille au rire horrible ma bouche
 
Tu es seul le matin va venir
Les laitiers font tinter leurs bidons dans les rues
 
La nuit s'éloigne ainsi qu'une belle Métive
C'est Ferdine la fausse ou Léa l'attentive
 
Et tu bois cet alcool brûlant comme ta vie
Ta vie que tu bois comme une eau-de-vie
 
Tu marches vers Auteuil tu veux aller chez toi à pied
Dormir parmi tes fétiches d'Océanie et de Guinée
Ils sont des Christ d'une autre forme et d'une autre croyance
Ce sont les Christ inférieurs des obscures espérances
 
Adieu Adieu
 
Soleil cou coupé